Écologie et Développement Durable en Asie : Un constat Alarmant !

Depuis 1972, les Nations Unies se sont engagées pour la préservation de l’environnement et pour la promotion du développement durable à l’échelle mondiale : lutte contre le plastique, réduction des gaz à effets de serre et éducation des plus jeunes aux gestes écologiques sont parmi les nombreuses initiatives désormais plébiscitées par de nombreux pays pour prendre part à l’effort écologique mondial.

L’Asie, continent en plein essor depuis les années 1970, reste encore à la traîne. En effet, les pays asiatiques semblent encore peu enclins à démarrer une transition écologique.

Entre développement économique et souci de durabilité

Quelles sont les causes de ce retard ? La réponse est simple : le développement économique. En effet, les pays du sud-est asiatique sont les plus touchés par ce phénomène, qui associe taux de croissance à deux chiffres et retard écologique.

En pleine croissance économique depuis deux décennies, les pays comme l’Indonésie, la Thaïlande ou encore le Vietnam souhaitent rattraper leur retard sur leurs voisins du Nord asiatique : le Japon, la Corée du Sud et même Hong Kong, qui sont aujourd’hui des pays développés et avec un rôle important dans l’économie mondiale.

Ainsi, la prise en compte des facteurs écologiques ne rentre que très peu en ligne de compte, la rapidité du développement prenant le pas sur sa durabilité.

Quelles sont les conséquences aujourd’hui ?

Aujourd’hui, et particulièrement dans les pays d’Asie du sud-est, le constat est sans appel : l’écologie n’est pas encore rentrée dans les moeurs.

La pollution de l’air reste aujourd’hui un des plus grand défis du continent : l’Asie mais également de nombreuses métropoles sud-asiatiques sont régulièrement happée par un brouillard de pollution, qui cause des dommages irréversibles sur la santé des habitants.

Egalement, la déforestation engendre chaque année la disparition de plusieurs dizaines d’espèces animales et végétales, entraînant par ailleurs une urbanisation démesurée de zones autrefois sauvages, parfois même protégés. L’Indonésie est aujourd’hui le pays d’Asie du Sud-Est le plus touché par la déforestation, pour la production mondiale d’huile de palme.
Le traitement des eaux est loin d’être banalisé : ainsi, les eaux usées se déversent dans les rivières, les mers et les océans, détruisant le récif corallien, tuant nombre d’espèces aquatiques, mettant en danger la vie des populations vivant près des cours d’eau.

Sunrise scene in Tha La cultivation field with fishing net in Chau Doc, An Giang province, South Vietnam

Un danger pour les populations actuelles et futures

Si les pays asiatiques ne prennent pas rapidement la situation en main, les populations actuelles et les futures générations devront faire face à de lourdes conséquences.
Actuellement, ce sont les populations vivant de l’agriculture qui subissent le plus la situation écologique alarmante du continent : les pluies acides et les pesticides à outrance nuisent fortement aux récoltes, ainsi que la déforestation, qui force certaines communautés à fuir leurs villages.

Les malformations et maladies congénitales sont en hausse : dans certains pays, comme le Vietnam ou le Cambodge, les nouvelles générations naissent avec les stigmates de guerres qu’ils n’ont pas connues, quand leur pays fut inondé par l’agent orange ou le napalm.

L’Asie n’est pas encore à l’heure de la transition écologique :

mais adopter des gestes quotidiens pendant votre voyage est une première initiative non-négligeable !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :