Eiffel au Vietnam

Lorsque nous parlons de l’histoire du Vietnam au siècle dernier, on pense souvent à la guerre, à la division du pays, à Apocalypse Now et à des histoires de communistes embusqués dans la jungle. Mais on oublie fréquemment qu’avant tout cela, le Vietnam était une colonie française.
Eh oui ! De 1887 à 1945, le Vietnam faisait partie de ce qu’on appelait alors l’Indochine française, qui réunissait aussi le Laos, le Cambodge et une partie de l’actuelle province du Guangdong, en Chine. Une histoire douloureuse qu’on souhaite souvent oublier, avec ses relents de colonialisme et de conquête guerrière. Cependant, le temps a laissé sur son passage quelques traces surprenantes de cet épisode de l’histoire.

Ainsi, à Ho-Chi-Minh-Ville, qui portait le nom de Saïgon à l’époque coloniale et qui est actuellement la plus grande ville du pays, il a été conservé un ensemble architectural tout droit sorti de la Belle Époque. Les architectes et ingénieurs français ont ainsi doté Ho-Chi-Minh-Ville de son marché central, de sa mairie, de plusieurs hôtels et musées, d’un théâtre, d’un centre nautique… et d’une poste dont la charpente métallique a été conçue par Gustave Eiffel en personne !
La plupart de ces constructions existent toujours. Encore aujourd’hui, il est donc possible de flâner dans les rue d’Ho-Chi-Minh-Ville et, avec un peu d’imagination, de se croire à Nice sur la Côte d’Azur. Comme l’écrivait en 1930 le romancier britannique William Somerset Maugham, dans son livre Un gentleman en Asie : « Saïgon ressemble tout à fait à une petite ville du sud de la France ».

Mais, et c’est là que l’Histoire nous fait un clin d’œil, alors que ces bâtiments étaient à l’origine destinés à une élite européenne qui arrivait en Asie en pays conquis, ils sont désormais à la disposition des Vietnamiens. Ainsi, l’ancien Cercle Sportif Saïgonnais, autrefois réservé aux Blancs, est aujourd’hui l’un des équipements sportifs les plus populaires de la ville. Les familles apprécient ses courts de tennis, sa piscine… et sa terrasse pour se rafraîchir après l’effort.

1188421.jpg

Autre exemple : la poste centrale d’Ho-Chi-Minh-Ville. Située en plein cœur de la ville, elle est très fréquentée par les populations locales qui viennent y envoyer leurs lettres et mandats, mais aussi par les nombreux touristes de passage. Pour les aider à s’orienter, on a installé des pancartes en anglais et, en cas de besoin, ils peuvent faire appel aux service de traducteurs du vietnamien vers l’anglais ou le français. La ville a ainsi su transformer un ancien symbole d’oppression en un service public ouvert sur le monde.

DSC_1566
Poste Centrale Hô Chi Minh Ville – Photo PandoraTravel

En conclusion, voici un dernier souvenir de l’occupation française, du côte culinaire cette fois : le banh mi. Ce mot, qui signifie « pain » venant de « pain de mie », désigne en réalité une baguette tout ce qu’il y a de plus authentique. Les Vietnamiens s’en servent pour composer leurs délicieux sandwichs. Seulement, le porc mariné, la citronnelle et la coriandre y remplacent le jambon, le beurre ou le fromage. Comme quoi, l’histoire joue parfois de curieux tours !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :